Collaboration avec l’ESACM : « sur-expositions »

« Sur-expositions – acteurs, images, projections d’une nouvelle tendance » est un groupe de recherche situé à l’ESACM, École Supérieure d’Art Clermont Métropole et coordonné par Jacques Malgorn, Camille Varenne, J. Emil Sennewald. Partant du phénomène redondant de l’« artafricanisme », il a pour objectif à soulever des questions sur la fonction et le fonctionnement de l’exposition comme dispositif et comme mode d’identification des lieux, objets et sujets artistiques, particulièrement au moment d’une « sur-exposition » d’artistes d’une scène identifiée comme « innovatrice ». Ce projet se veut le point de départ pour des futurs projets de recherche artistique questionnant l’Europe, l’Afrique et le Monde.

Conçu en collaboration avec le groupe de recherche EnsadLab « Displays », des réunions de travail prévues pour le 7 et 8 décembre à Clermont-Ferrand permettront d’identifier des axes principales pour discuter des explications du nouvel élan afro-européen, de soulever des positions exemplaires, notamment en photographie et film, d’analyser le rôle de festivals, biennales et foires et de préciser les écosystèmes impliqués et les espaces de critique possibles.

En appliquant la pratique d’une recherche par l’art, le groupe mène son travail non pas en confirmant l’émergence de l’art contemporain africain, mais plutôt en agissant avec. L’objectif n’est pas de se dissocier de l’objet de recherche pour l’analyser, mais au contraire de faire corps, et d’éprouver ses différentes formes et états. Le dialogue et l’échange sont donc au cœur de la méthodologie. Pour articuler cette pensée collective, les rencontres doivent se construire en amont, pour densifier le lien et créer les conditions d’une parole élargie et libre de circulation.

Ces journées sont donc principalement dédiée à l’organisation des journées de rencontre « sur-expositions », qui auront lieu début mai 2018 à l’ESACM.

Pour davantage d’informations contacter jesennewald@esacm.fr

Tables rondes : Comment bâtir un univers qui ne s’effondre pas deux jours plus tard, Maison Populaire de Montreuil

Tables rondes autour du cycle d’expo­si­tions « Comment bâtir un uni­vers qui ne s’effon­dre pas deux jours plus tard » et des œuvres pré­sen­tées dans chacun des trois volets d’expo­si­tion, en pré­sence des cura­teurs Vladimir Demoule et Marie Koch.

Conception et modération Thierry Fournier, artiste, cura­teur et res­pon­sa­ble du groupe de recher­che Displays, EnsadLab / PSL, en partenariat avec EnsadLab.

Table-ronde 01 : Les lieux de l’œuvre – le 18/03/2016 avec Marion Zilio, doc­teure en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, dans le cadre de la pro­gram­ma­tion du pre­mier volet d’expo­si­tion « Simulacres ».

Table-ronde 02 : Mémoires et tem­po­ra­li­tés – le 17/06/2016 avec J. Emil Sennewald, cri­ti­que d’art, ensei­gnant et jour­na­liste, lau­réat du Prix AICA France de la cri­ti­que d’art en 2016 et co-responsable du groupe de recherche EnsadLab Displays, dans le cadre de la pro­gram­ma­tion du second volet d’expo­si­tion « Relativités ».

Table-ronde 03 : Entropies – le 11/10/2016 avec Ingrid Luquet-Gad, jour­na­liste et cri­ti­que d’art, dans le cadre de la pro­gram­ma­tion du troi­sième et der­nier volet d’expo­si­tion « Entropies ».